Le pieds-mains-bouche, un beau virus pour mettre du piquant dans ton été!

 

Les derniers jours, on s’est fait attaquer de plein fouet par ce virus qu’est le pieds-mains-bouche. Un virus qui s’installe sournoisement et qui peut faire des ravages sur son passage.

D’abord ma grande qui a eu 5 boutons sur le menton. Je me disais « wow facile le pieds-mains-bouche, y’a rien là »… Je suis bête d’avoir jugé ce virus si rapidement. Le soir suivant, fièvre pour mon petit, je le berce toute la nuit, rien pour me protéger d’une éventuelle contagion, tsé une maman bin trop en amour. Lendemain matin, plusieurs boutons sur son mini corps. Le visage, le cou, les jambes et les pieds. Au fil des heures, ça prend de l’ampleur. Il devient magané le pauvre. Deux jours plus tard, visite à l’urgence suite aux recommandations d’une pharmacienne. Le pieds-mains-bouche est un peu trop étendu à son goût. Rien de grave, on me confirme qu’on ne peut rien faire. Je prends tout de même 30 secondes pour lui montrer un drôle de bouton qui s’est installé sur mon doigt au courant de la journée. On me dit que c’est très rare les adultes qui l’attrape. Seul le temps nous le dira…

Cette nuit là, fièvre à changer de t-shirt 3 fois. Vous aurez bien deviné que j’ai été victime de cette maladie d’enfant qui n’a aucune pitié pour les adultes qui l’attrapent. Les boutons poussent progressivement sur plusieurs jours. La douleur est indescriptible. Démangeaisons extrêmes mêlées à une sensation de brûlures sur les mains et les pieds. Marcher me faisait vivre une étrange sensation. Le bien-être de pouvoir gratter mes pieds efficacement et la douleur qui brulait et fourmillait sous chacun de mes pas. Ce n’est pas tout, mon visage est épargné, mais tout est concentré dans ma gorge. La joie et le confort sont au rendez-vous. La nuit est un calvaire, ça démange, ça démange.

Visite à l'urgence ; prise deux. Je ne passerai pas une autre nuit dans cet état. C’est le même médecin que l’on a vu plus tôt cette semaine et qui a un peu pitié de moi. Anti-douleur et morphine, combinés à benadryl et tylenol. Un beau cocktail du jeudredi. Quelques jours plus tard, les marques sont encore présentes, mais la douleur s’estompe tranquillement. Je perd ma peau tel un serpent et je prie pour que mes ongles restent en place. Ce virus n’a qu’une seule conviction, vous massacrer la peau.

Alors voilà mon épopée estivale.

D'autres victimes?

#attraperunemaladiepourenfant #momlife

 

Camille Baribeau, Co-fondatrice Bajoue  maman, blogueuse, entrepreneur, camille

À propos de l'auteur

Camille Baribeau

Camille, entrepreneure et maman de deux jeunes enfants, est responsable du volet marketing/image de marque/médias sociaux de l'entreprise Bajoue. Entre plusieurs calins et bisous (et aussi quelques gestions de crises), elle s'occupe également des tâches administratives de l'entreprise en plein essor !

Leave a comment